août 22, 2017 agroecologie_h7431294

Nous vivons une crise écologique et sociale, nous avons connu des « chocs pétroliers » qui nous ont inquiétés sur le coût engendré par la consommation de notre véhicule.

Nous avons alors pris conscience de notre dépendance énergétique.

Quelques chevelus, barbus ont proposé alors des solutions alternatives et écologiques qui ont fait sourire il y a trente ans, mais qui deviennent brutalement d’actualité.

Les sociétés réagissent rapidement et essentiellement à la peur, et aussi à la perte du pouvoir de leur argent ; ainsi la notion de développement durable intéresse de plus en plus la population.

Il faut dire que les changements climatiques, la disparition annoncée de ressources naturelles, le fossé qui se creuse entre les pays développés et les pays en développement, , la croissance de la population mondiale , les catastrophes naturelles et industrielles ne peuvent pas nous laisser sans réactions.

Nous avons donc une lourde tâche : poursuivre le développement économique et social tout en tenant compte de l’impact à court, moyen et long terme sur l‘environnement, mais aussi sur les populations, sans altérer la croissance mondiale.

Difficile programme, dans un monde où le but essentiel a souvent été de montrer sa puissance à l’autre, ou d’accéder à ses signes extérieurs de richesses.

Nous allons faire comme si c’était possible de faire évoluer positivement les choses à notre échelle infiniment petite.

Mais les choix à notre petite échelle peuvent avoir une grande influence par leur implication dans le confort, la pollution, l’image et le devenir de l’environnement.

Définition

Habiter c’est vivre, habiter c’est vivre mieux, tout en respectant l’environnement !

L’habitat a des fonctions et des devoirs :

  •  il protège l’homme de l’environnement car celui-ci, bien que respectable peut lui être agressif : intempéries, températures, sécurité etc
  • il s’intègre dans le paysage, pour tenter de sauver un certain esthétisme, une image rassurante de la nature ou même du contexte urbain
  •  il utilise des matériaux locaux (économie de transport, activité locale)
  •  il utilise des matériaux non polluants à l’usage et à la fabrication et recyclables à terme
  • il doit favoriser les économies d’énergie, là aussi à l’usage et à la fabrication (ex : mauvais bilan carbone de la brique Monomur.)

C’est la définition de l’habitat BIO CLIMATIQUE…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *